Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Julius Evola : « Le racialisme comme anti-universalisme »

1698162942.jpgDu point de vu proprement politique, d'abord, ce serait une erreur de considérer le racialisme comme élément hétérogène, rattaché pour des raisons contingentes à l'idéologie fasciste. La doctrine en question, correctement comprise, peut au contraire représenter un renforcement et un autre instrument du Fascisme, en tant que créateur d'une nouvelle civilisation antiuniversaliste, antirationaliste, anti-individualiste. Elle peut ainsi représenter une nouvelle étape, liée par un rapport d'étroite cohérence aux précédentes, de la Révolution.


En effet, sous son aspect politique le plus général et le plus communément connu, le racisme s'entend à déterminer le type humain prédominant dans une communauté nationale donnée, à le préserver de toute altération, de toute contamination, à l'intensifier, à y faire correspondre un sentiment déterminé, un orgueil déterminé, qui développera, tonifiera, rendra plus concret et « organique » le sentiment national – plus général. Il s'agit ainsi, en premier lieu, d'une continuation de tout ce que le fascisme a cherché à réaliser depuis son avènement en matière de politique et d'hygiène sociales, et d'autre part, d'école de virilité et de force pour le peuple italien, et surtout pour les nouvelles générations. La conquête de l'empire africain a eu pour conséquence naturelle l'instauration d'un nouvel ensemble de mesures protectrices et prophylactiques, procédant d'exigences analogues ; par ailleurs, il convenait évidemment que, au contact d'autres peuples, l'Italien saisisse pleinement les différences, sa dignité et sa force.

Sous un second aspect, interne, celui-là, le racialisme se présente comme une autre « puissance » du nationalisme, car le sentiment « racial »  même lorsque cette expression équivaut plus à un mythe qu'à une idée bien précise  est évidemment quelque chose de plus que le sentiment national. Comme mythe politique, la « race » est la nation vivante, qui n'est pas plus enfermée dans d'abstraites limites juridiques et territoriales qu'elle ne se réduit à une simple identité de civilisation, de langue, d'histoire. Le sentiment « racial » est plus profond que tout cela ; de tout cela, il est à la racine ; il est inséparable d'un sentiment de continuité, il éveille des résonances profondes dans l'être humain. C'est cette vérité-là qui se reflète même dans la sagesse populaire, dans des expressions comme « la voix du sang », « la race ne ment pas », « il a de la race », « vengeance », « la faute du sang ».

Ainsi, la nouvelle doctrine ranime un sentiment dont les racines plongent dans des formes de communauté au fond pré-nationale, dans la communauté propre à la ligné, à la gens, à la fratrie, à la famille patriarcale ou même patricienne, où il correspondait effectivement et positivement à une unité vraiment commune de sang. Dans sa conception moderne, la nation se présente déjà comme une unité de type différent, définie par d'autres éléments, en plus de la simple consanguinité, tant directe qu'indirecte. Ces considérations suffisent à faire apparaître clairement que, pour pouvoir légitimement passer du sentiment national à la conscience raciale, si l'on ne veut pas se limiter au « mythe », c'est-à-dire à une idée dont la validité réside moins dans sa vérité et dans son fondement objectif que dans son pouvoir suggestif, il faut en venir à une conception de la race assez différente de celle, élémentaire, qui est définie par le sang et, en général, par l'élément purement biologique, car il faut tenir compte, en elle, d'une série d'autres facteurs.


Ce point sera amplement traité par la suite. Pour l'instant, sur la base de ce que l'on a indiqué, nous dirons que l'idée raciale, en tant qu'idée politique, présente les mêmes dangers qu'un nationalisme de type démagogique, exclusif et particulariste.


Les avantages se rapportent à la complète opposition à tout mythe égalitaire et évolutionniste, à la réfutation de l'idéologie démo-maçonnique et de la philosophie des lumières, relatives à l'identité et à l'égale dignité de tout ce qui a forme humaine. Selon la doctrine raciale, l'humanité, le genre humain est une fiction abstraite  ou la phase finale, conservable seulement comme limite, mais jamais entièrement réalisable, d'un processus d'involution, de désagrégation, d'écroulement. En règle générale, la nature humaine est au contraire différenciée, différenciation qui se reflète justement, entre autres, dans la diversité des sangs et des races. Cette différence représente l'élément principal. Elle est non seulement la condition naturelle des êtres, mais encore une valeur éthique, c'est-à-dire quelque chose de bien en soi et qu'il faut défendre et protéger. Sous certains aspects, tous les hommes montrent certainement quelque chose de commun. Mais ceci ne doit pas prêter à équivoque.

Le racialisme, à cet égard, se présente comme une volonté  que l'on pourrait bien appeler classique  de « forme », de « limite » et d'individuation. Il exhorte à ne pas considérer comme essentiel tout ce qui, représentant le général, l'informe, l'hybride, équivaut en réalité à un « moins », à un résidu de matière non encore formée. Comme on l'a indiqué, tout ce qui est commun ne vient au premier plan, n’apparaît comme « valeur » et en quantité d' « immortels principes », que dans les périodes de régression et de décomposition ethnico-culturelle, où, justement, la « forme » retourne à l'informe. L'« universalisme »  compris, selon l'emploi abusif, mais malheureusement devenu courant, du terme, comme internationalisme et cosmopolitisme  il ne faut pas le considérer, à cet égard, comme une idée parmi d'autres, mais comme l'écho et presque l'indice barométrique d'un climat de chaos ethnique et de dénaturation des types. Il n'y a que dans un tel climat qu'il est « vrai » : en tant qu'image de la réalité.


Que le racialisme, à cet égard, renforce le nationalisme dans ses aspects positifs, c'est bien évident. L'un et l'autre représentent une réaction salutaire, aussi bien contre le mythe démocratique que contre le mythe collectiviste, celui de la masse prolétarienne sans patrie et sans visage ; ils représentent une victoire de la quantité, du « cosmos » sur le chaos, et, comme on vient de le dire, de la forme sur l'informe. Sous tous ses autres aspects positifs, que nous déterminerons, le racisme reflète toujours ces significations-là, et, selon ces significations, c'est une doctrine et un « mythe » qu'il faut juger, du point de vue traditionnel, « en ordre ». Du point de vue politique, d'autre part, le réveil du sentiment national et racial est une des conditions préliminaires indispensables à la réorganisation cohérente de toutes ces forces qui, à travers la crise du monde moderne, étaient sur le point de se disperser et de sombrer dans le bourbier d'une indifférenciation macanico-collectiviste et internationaliste. Cette tâche est une question de vie ou de mort pour l'avenir de la civilisation européenne tout entière.

49bf11f1b591c7c4e6e43cae6cc9448a.jpg

Julius Evola  Synthèse de doctrine de la race (1941)
Première partie : La race comme idée révolutionnaire
1. Le racialisme comme anti-universalisme
Édition de L'homme Libre, p. 19-22.

Écrire un commentaire

Optionnel